« Le monde semble toujours plus beau lorsque vous venez de créer quelque chose qui n’existait pas avant. »

Neil Gaiman

Ce n’est pas de moi, c’est de Neil Gaiman, un auteur britannique.

Neil ayant déjà à son actif le manifeste « Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture et de l’imagination », nous l’avons cru.

Alors quand le monde nous a semblé plus beau malgré le confinement, chez Com’Arty nous nous sommes dits « Bingo ! On a créé quelque qui n’existait pas. »

Nous avons eu beau chercher, nous renseigner, rien. Serions-nous des pionniers ? Et puis Jean-Pierre Pernaut est parti du JT de TF1. Tous les médias se sont lancés dans une rétrospective de ses JT. Et il y en a un qui nous a interpellé.

Il ne s’agit pas de celui sur le dernier artisan pipier de France. Mais de « celui-dont-il-ne-faut-dire-le-nom » : le JT oublié de Jean-Pierre Pernaut.

Pour ne pas qu’il tombe dans l’oubli, nous vous laissons apprécier cette pépite 90s de la communication d’entreprise.

Jean-Pierre n’est donc pas uniquement l’ambassadeur de nos Régions.

Nous n’avons pas tremblé. Cela nous a même conforté dans notre projet. Plus fun que Jean-Pierre et moins barré qu’Evelyne, le cap était donné.

Flashback : La genèse du projet

Evelyne aurait dit : « Un vent de confinement souffle sur la France, nous sommes 2020. »

Com’Arty a été créé en octobre 2019 avec l’envie de faire des entreprises de nouveaux lieux de culture et observe ce nouveau monde derrière ses fenêtres comme tout le monde.

La décision est prise : nous ne pouvons pas attendre des jours meilleurs pour ressortir nos propositions des placards. Le monde change, nous devons changer avec lui.

Les entreprises cherchent à réagir rapidement, maintenir leur activité et le lien avec leurs salariés. D’un autre côté, les artistes, eux, se réinventent sur internet pour continuer à faire vivre la culture.

S’il y avait encore besoin d’être convaincu le fait est là : la vidéo prend le pouvoir.

Bien évidemment, avant le COVID-19 les spécialistes de la communication savaient utiliser la vidéo. Publicités télévisées, sur internet, influenceurs, youtubeurs…

En réalité une image vaut plus que mille mots. Selon une étude du Dr James McQuivey : une minute de vidéo vaut même 1,8 million de mots.

Alors si on utilise ce format pour mieux vendre, pourquoi pas s’en servir pour mieux communiquer !

Les français qui regardent ces vidéo sont des consommateurs mais ce sont également des salariés, vos salariés. Des salariés de plus en plus isolés, inondés d’emails d’information sur leur entreprise.

Un exemple : combien de personnes s’arrêtent à la lecture de leur contrat de travail et ne lisent ni le règlement intérieur, ni la convention collective ?

Les journaux d’entreprises sont au mieux feuilletés en diagonale, uniquement parce qu’on a entendu que Romain de la compta était en photo dans celui de ce mois-ci (et avouons-le, on va lui dessiner un mono-sourcil), au pire directement jetés à la poubelle encore sous blister. Idem pour la newsletter par mail : 1. sélectionnée 2. corbeille.

Voilà le triste destin des informations internes.

Tous les ingrédients étaient réunis pour notre projet.

Le projet : Arty Live News

Nous avions donc :

  • une consommation exponentielle de vidéo ;
  • des entreprises qui perdent le lien avec leurs salariés ;
  • des artistes qui continuent de créer des contenus en ligne regardés par les-susdits salariés ;

L’idée de base est posée : une communication interne pour les entreprises sur un support vidéo.

Là vous vous dites que ça existe les vidéo de communication interne, ce serait oublier quelques points précédents :

  • le JT oublié de Jean-Pierre
  • notre objectif de faire entrer l’art et les artistes dans l’entreprise.

Les vidéo institutionnelles sont, précisément, très institutionnelles : des images léchées, une voix off posée, un joli storytelling, des salariés souriants à leur poste de travail. Une ode aux succès collectifs.

Le succès est fédérateur oui, mais l’entreprise serait le dernier bastion dénué d’humour ?

Nos premiers pas

Saviez-vous que les personnes qui regardent des vidéo en ligne privilégient 1,4 fois plus le fond que la qualité de production ? Et que l’apparition d’une célébrité dans une vidéo est placée au 20e rang des motifs de visionnage ?

Les contraintes de départ sont allégées.

Ce qui nous intéresse chez Com’Arty c’est ce twist. Le parti pris humoristique, artistique allié à l’esprit « Jugaad ».

La « Jugaad », né d’un mot hindi signifiant « détournement », symbolise un état d’esprit : atteindre ses objectifs avec les moyens que nous avons à notre disposition. La « Jugaad » est à la fois créative et disruptive, elle nous oblige à penser hors du cadre.

Avec un investissement de quelques dizaines de milliers d’euros, il nous serait possible de faire un JT du niveau de celui de TF1. Mais est-ce vraiment là l’objectif ?

Justement nos objectifs, quels sont-ils ?

Les objectifs du projet

Notre objectif principal : créer un événement récurrent au sein de l’entreprise, un JT qui comme le journal de 20h, rassemble vos salariés pour partager les informations de votre entreprise de manière …. décalée.

Il nous importe que non seulement le fond vous permette d’améliorer la circulation de l’information au sein de votre entreprise, mais que la forme soit attrayante et « responsive ».

Après tout, les gens regardent des vidéo pour se détendre, s’informer et rire (étude Google Think menée sur 12000 internautes). Faites en une force.

L’infotainment a pris ses marques dans le paysage audiovisuel français. Les journaux et émissions sont parodiés, BROUTE. cartonne.

Des formats légers, rapidement réalisables, récurrents qui créent autour d’eux une vraie communauté.

N’attendez pas d’avoir une actualité pour communiquer, vous avez déjà des informations.


0 commentaire

Laisser un commentaire